Entité 19
notation: +3+x
Languages: ukfrancechinaportugalpolandvietnamspainitalyrussiapalestinetokikoreathaiindonesia

⚠️ AVERTISSEMENT DE CONTENU⚠️


Cet article contient des descriptions de body horror et de léger gore. Si vous êtes sensible à ces sujets, n'hésitez pas à quitter la page.


Si vous n'êtes pas intéressé par l'aspect narratif de la page, vous pouvez trouver l'offset à la fin de cette dernière.




De : rb.901level|nosaM.rehsiF#rb.901level|nosaM.rehsiF
À : rb.901level|sinneD.nottuS#rb.901level|sinneD.nottuS
Le : [données corrompues]
Objet : Patient du Jeudi


Salut Dennis,

Tu devrais recevoir un patient (Carl Johnson) dans l'heure pour une prise de sang. Je t'envoie le contexte de sa visite pour t'aider lors de l'analyse. On lui a octroyé la chambre 245 au sein de la Dimension de l’Hôpital, donc envoie-le là-bas avec son accompagnateur (Brian Torr) après.

Bonne fin de matinée,

Mason Fisher



Des pas se firent entendre dans le couloir menant à la salle de prélèvement, révélant deux vagabonds le traversant. Leurs pas étaient résolus et pourtant hésitants, semblant s'interroger quant au chemin à suivre pour arriver à leur destination. L'un d'entre eux semblait fatigué, arborant de légères rougeurs sur ses bras, ce que son compagnon ne paraissait pas posséder. Les deux individus semblaient néanmoins désorientés, bien qu'il ne soit pas réellement possible de dire si cela est dû à leur inexpérience dans la géographie étrange des Dimensions, ou bien à une quelconque fatigue.
Dennis, ayant reçu le mail de son supérieur, ouvrit la porte de la salle de prélèvement pour les accueillir. Il reconnut directement le patient du docteur grâce aux indications de ce dernier.

Rien de bien original.
La routine, en somme.
Il fit signe au patient de s'asseoir sur le fauteuil pour réaliser la prise de sang. Le vagabond s’exécuta, toujours d'un pas lourd, laissant son camarade dans le couloir.
Comme d'habitude.
Alors que Dennis faisait son travail, l'homme lui fit part du contexte l'ayant amené ici d'une voix assez absente. Assez inutile, au vu de sa visite précédente chez le médecin, mais cela avait au moins l'avantage de le distraire vis-à-vis de l'aiguille. Même dans les Dimensions, ce genre de désagrément subsistait, et les patients faisaient toujours de leur mieux pour tenter d'ignorer cet objet étranger s'insérant dans leurs veines.
Rien de nouveau.
Dennis remercia le vagabond, puis lui indiqua la chambre d’hôpital qui lui avait été assigné. Il aurait aimé les accompagner, afin de leur éviter le désagrément que posent souvent les couloirs entremêlés de la Dimension de l'Hôpital. Même habité par des humains, elle continuait à dérouter les voyageurs. Mais malheureusement, les échantillons devaient être pris en charge. La culture bactérienne n'allait pas se réaliser toute seule. Le duo de vagabonds s'en sortira.
Comme toujours.
Pourtant, au fond de lui, Dennis avait un mauvais pressentiment. Bien que cette journée se déroulât toujours comme d'habitude, il ne pouvait s'empêcher d'avoir cette impression qu’aujourd'hui, avec ce patient en particulier, quelque chose allait changer ici.
Il haussa les épaules, saisit les échantillons, puis parti rejoindre la salle de culture.
Comme tous les jours.


one

Microscope optique x400 (coloration de gram)

De : rb.901level|sinneD.nottuS#rb.901level|sinneD.nottuS
À : rb.901level|nosaM.rehsiF#rb.901level|nosaM.rehsiF
Le : [données corrompues]
Objet : re:Patient du Jeudi


Salut Mason,

Pour le moment rien de spécial. Ça ressemble juste à une infection classique à Staphylococcus aureus. J'ai ensemencé les géloses pour l'hémoculture, j'aurais les premiers résultats demain comme d'habitude.

Par contre je sais pas si tu es allé voir le patient mais les infirmiers m'ont rapporté qu'il se sentait vraiment pas bien. Il dit que son état a empiré et qu'il est plus rouge que ce matin. À ta place, je garderais un œil sur lui, car ses symptômes n'ont rien à voir avec ce qu'ils devraient être d'après le diagnostic. Mais tu t'y connais mieux que moi, donc c'est à toi de voir.

Bonne fin de journée à toi,

Dennis Sutton


Rapport d'incident du [données corrompues]

Date et heure : [données corrompues]
Secteur de la Dimension de l’Hôpital : chambre 245


Description : Durant la matinée, le patient Johnson Carl a commencé à convulser de douleur. Lorsque deux infirmiers sont venus évaluer la situation, ils ont vu Mr Johnson couvert de sang. Il saignait abondamment au niveau des bras, de l'abdomen ainsi que de la cuisse droite. Il a essayé de se lever en vain, mais les deux infirmières, aidées par l'ami du patient, ont réussi à poser des garrots. Le patient s'est évanoui à cause de la perte de sang.

Après-coup : La zone a été mise en quarantaine au vu des analyses bactériologiques réalisées dans les jours précédant l'incident. Le camarade de Mr Johnson ne semble pas en détresse psychologique. Les trois individus ont été décontaminés, puis ont eu le droit de quitter la zone de quarantaine. M. Johnson a été déclaré comateux quelques heures plus tard. Une étude approfondie du pathogène ayant été retrouvé sur Mr Johnson a débutée afin de mieux comprendre sa nature et la manière dont il pourrait être soigné.


De : rb.901level|nosaM.rehsiF#rb.901level|nosaM.rehsiF
à : rb.901level|sinneD.nottuS#rb.901level|sinneD.nottuS
Le : [données corrompues]
Objet : Maladie inconnue ?


Salut Dennis,

Désolé, je viens seulement de voir tes messages après "l'incident". C'est effectivement un très gros problème. Il nous est impossible de réguler les Vagabonds se rendant dans la Dimension des Tuyaux à cause du manque cruel de communication entre le peu de communautés existant dans les Dimensions entre les rares avant-postes. Néanmoins, il va falloir gérer cette histoire d'infection le mieux possible. Si un nouveau patient se déclare, alors la maladie risque de très rapidement se propager, au risque de condamner l’hôpital. Une grande partie du personnel médical s'est mobilisée pour l'analyse des échantillons de sang, en espérant que nous puissions comprendre ce qui se passe avant qu'il ne soit trop tard.

Je reste disponible en cas de problème,

Mason Fisher


Les techniciens dans la salle de culture s'attelaient à leurs tâches avec une hâte qui semblait inhabituelle. Parmi eux, Dennis était probablement le plus inquiet de tous. C'était lui qui avait délivré les étranges résultats des cultures. C'était lui qui était connecté à l'histoire étrange du patient qui avait fait le tour le l'hôpital. Une histoire sordide, mais anxiogène, à base de sang, de cris, et d'une maladie inconnue aux effets qui semblaient dévastateurs. Dennis connaissait bien cette histoire, bien qu'il n'ait pas été là au moment des faits. Il avait rapidement fait le lien entre "l'homme ensanglanté de la chambre 245" et le patient du docteur Fisher. Il n'avait au début pas voulu y croire. Les résultats qu'il avait envoyés étaient sans aucun doute étranges. Mais il ne voulait pas admettre qu'il avait eu entre ses mains non seulement la souche la plus résistante qu'il lui ait été donné d'analyser, mais aussi la plus dangereuse.
Le docteur Fisher et les autres médecins, eux, ont vite pris les choses en main, malgré le regard détaché qu'ils avaient accordé aux messages de Dennis durant les premiers jours. La moitié de l'unité à laquelle Dennis appartenait travaillait désormais coude à coude avec lui, analysant les échantillons récupérés sur le patient après ses saignements. De nombreuses géloses de diverses compositions étaient simultanément préparées, le personnel ne sachant sur quelle piste se lancer. Dennis, quant à lui, préparait plusieurs antibiogrammes avec la souche, le regard lugubre. Il le savait- chacun ici pensait la même chose sans vouloir l'admettre : la bactérie n'était pas quelque chose de connue. Malgré tous leurs efforts, l'identification était tout simplement impossible.
Ils n'étaient en rien équipés pour l'étude de nouvelles souches. À vrai dire, Dennis doutait de l'existence même d'une unité de recherche dans ces dimensions. Leur seul espoir était que, d'une manière ou d'une autre, la maladie reste confinée à cet infortuné patient. Perspective sombre en effet, mais qui était toujours plus optimiste que celle d'une contamination de multiples représentants du personnel, ou pire, d'autres dimensions. Il soupira en refermant les trois boîtes de Petri contenant les antibiogrammes qu'il venait de réaliser. Il se leva, esquivant de peu l'un de ses comparses qui se hâtait vers l'armoire contenant les géloses, puis se dirigea vers les étuves pour mettre son travail à incuber.
Quand soudain, les sirènes de l'hôpital se mirent à retentir pour la première fois depuis des années.
Et Dennis n'arriva jamais jusqu'aux étuves, comprenant avec horreur ce qui était en train d'arriver.


Enregistrement d'alerte évacuation du [données corrompues]

Alerte contamination de niveau 5. Ceci n'est pas un exercice.


Veuillez abandonner vos chambre ou vos postes, et vous diriger immédiatement vers la zone de noclip la plus proche avec votre référent ou votre chef d'équipe. Si vous êtes contaminé, veuillez rester où vous êtes et attendre le personnel qualifié, qui vous placera en isolement.


Je répète : Ceci n'est pas un exercice.


Ceci n'est pas un exercice.




Deuxième passage à droite. Prochain couloir.
Bien qu'elle n'ait jamais été utilisée, la procédure d'urgence était connue de tous.
Tout droit, à travers le couloir des salles de prélèvement.
Lors de la sonnerie d'urgence, l'entièreté de l'équipe devait sortir et se diriger dans le calme vers le point de noclip le plus proche.
Toujours tout droit, puis à gauche au niveau du croisement en T.
Le point le plus proche du laboratoire était naturellement relié à la Dimension de la Caverne Inondée. Une petite communauté s'y était installée il y a peu, et saurait les héberger quelque temps, avant que la Dimension de l'Hôpital puisse être décontaminée.
À gauche au niveau du croisement en T.
Alors qu'il allait suivre ses collègues dans le segment de couloir suivant, Dennis sursauta à l'entente d'une voix inhumaine qui détonna entre les sirènes du lieu. Il se retourna vers le côté droit du croisement, étonné. Ce qu'il y vit lui glaça le sang, lui faisant comprendre l'ampleur du désastre qui se jouait aujourd'hui.
À une dizaine de mètres devant lui, le technicien discerna le corps secoué de spasmes d'un infirmier, couvert de sang. Le malheureux hurlait de toute la force de ses poumons pendant que deux individus en tenues protectrices tentaient de l'immobiliser.
Dennis, tremblant de tous ses membres, venait de saisir la gravité de la situation. La bactérie s'était transmise durant les derniers jours sans que personne ne s'en rende compte, passant les maigres sécurités que les Backrooms permettaient de mettre en place.
Il se retourna, mais ne distingua aucun de ses collègues, qui eux, avaient continué leur chemin.
La peur le saisit. Se pourrait-il qu'il finisse ses jours ici, en sang, n'ayant pas réussi à atteindre la sortie avant qu'elle ne soit refermée ?
Dennis s'élança dans les couloirs, tentant de rattraper le reste de son groupe.
Tout droit.
À gauche vers la réserve.
Passer le virage vers le premier cluster de chambres.
À bout de souffle, Dennis parvint à distinguer une forme humaine qui semblait traverser le mur en face de lui.
Le point de noclip.
Il le héla, mais sans réponse, la personne ayant déjà franchi le seuil.
Malgré sa fatigue, il redoubla en volonté, tentant d'attendre le portail invisible avant qu'il ne soit scellé de l'autre côté.









Je… je sais pas trop par quoi commencer. Il s'est passé tant de choses ces dernières heures.

Je suppose que je vais reprendre au moment de l'alerte.

Ça nous a tous prit de court, évidemment. Pour beaucoup d'entre nous, c'était la première fois qu'on l'entendait, mais c'est la mention du "niveau d'alerte cinq" qui nous a réellement glacés.

Bon, ça ne te dit probablement rien, mais quand on arrive ici en tant que technicien, on est formé à tout ce qui touche la sécurité ici. Et une partie est consacrée aux alertes d'évacuation. Elles vont de un à cinq, et la cinq, c'est celle qui représente une contamination massive et hors de contrôle de la dimension tout entière.

La procédure, on la connaissait, même si on l'avait tous renflouée dans le coin le plus obscur de notre mémoire tant la perspective qu'elle arrive nous semblait impossible. "Arrêter tout ce qu'on fait et nous diriger vers le point de noclip le plus proche". Nous, c'était le point vers la Dimension de la Caverne Inondée. Mais le chemin a été l’expérience la plus traumatisante que nous avions jamais eue. Des gens couraient partout. On entendait de loin des cris du personnel qui avait été infecté, et qui saignaient désormais comme Carl Johnson avait saigné.

Mais personne ne pouvait venir à leur rescousse. Même le personnel de sécurité, ceux qui devaient les placer en isolement fuyaient l'hôpital. Je ne sais pas où Mason a noclip, même si je suis persuadé que lui et les autres médecins s'en sont sortis. On a rebouché l'accès de noclip dernière nous, comme la procédure l'exigeait, pour éviter que les infectés nous suivent, et nous contaminent.

Je ne sais pas quoi penser. cela faisait huit ans que je vivais et travaillais dans la Dimension de l'Hôpital. Tout ça est… irréel. Ce pressentiment que j'avais eu… Je n'aurais jamais pensé que tout allait vraiment changer. Que tout allait changer à ce point.

Les autres aussi, c'est pas la joie. Le Campement de la Caverne Inondée nous a récupéré. Ils étaient aussi inquiets que nous, ne comprenant pas ce qui se passait. On leur a expliqué la situation, mais ils n'y ont pas cru au début. A vrai dire, nous non plus on y croyait pas non plus. Maintenant ils sont assez méfiants. Je peux les comprendre. Ils ont peur d'être à leur tour contaminés, même si nous leur avons expliqué que personne d'entre nous n'avait observé de saignements. Finalement, ils nous ont accueillis malgré leurs craintes.

Je ne sais pas comment la suite va se dérouler. Il va falloir que je recontacte Mason. La Dimension de l'Hôpital ne doit pas être désertée. Il faut reprendre tout ça en main. Les Dimensions sont hostiles, les voyageurs ont besoin de nous. Il va falloir décontaminer, et notre absence de connaissances va être notre plus grande ennemie.

Je suppose que seules quelques pièces sont contaminées au-dessus de tout contrôle ? Quoi qu'il en soit, il va falloir régler ça.

Bon, il est déjà tard, et pour être honnête tout ça m'a fatigué. J'espère que tout ça va s'améliorer.


Dennis reposa son journal et s'allongea lourdement sur le sac de couchage qui lui avait été assigné. Le sol était dur. Il n'était plus habitué à dormir hors de sa chambre dans la Dimension de l'Hôpital. À vrai dire, il n'était plus habitué à quitter l'hôpital. Les dernières heures l'avaient vidé de toute son énergie. Il avait chaud, il était rouge, il était stressé. Dennis n'était pas préparé à ce genre de situation. La routine qu'il s'était installée s'était brisée, et il était en conséquence totalement désorienté. Il espérait que Mason s'en était sorti, et que lui et les autres docteurs prendraient les choses en main afin de réinvestir l'hôpital. Il le fallait. les enjeux étaient bien trop grands.
Il avait si chaud. Il était si rouge.
Il avait si mal aux membres.
Et alors qu'il commençait à tomber dans le sommeil, Dennis Sutton eu presque l'impression de sentir son sang couler sur son bras gauche.




door.pngBACKDOOR Le premier chat et forum des Backrooms Archivé le : 2013-03-18 09:18:43

> User @katyaaaaaaaaa576 a créé le salon de discussion.

> User @someoneintheroom a rejoint le salon de discussion.

> User @katyaaaaaaaaa576 a rejoint le salon de discussion.

[someoneintheroom]: Eh, tu te rappelles cette histoire de maladie qui fait saigner ?

[katyaaaaaaaaa576]: M'en parles pas, je suis sur le dossier et c'est la grosse galère !

[katyaaaaaaaaa576]: Genre pourquoi ils m'ont donné ça ? Oui j'ai des connaissances dessus, mais j'ai jamais fini mes études de médecines, et j'ai pas le matériel pour

[someoneintheroom]: Tu vois le Niveau 109 ?

[katyaaaaaaaaa576]: Je ne crois pas à la Numérification, il va falloir être plus précis

[someoneintheroom]: C'est un hôpital abandonné. Un groupe de scientifique ou je sais pas quoi l’a découvert. "Les Docteurs" qu'ils s’appellent

[katyaaaaaaaaa576]: Original comme nom…

[katyaaaaaaaaa576]: Et ils ont des infos sur le truc ?

[someoneintheroom]: Justement j'y viens

[someoneintheroom]: Ils ont rapporté qu'ils ont trouvé plein de salles super infectées par la maladie.

[katyaaaaaaaaa576]: Ça m'avance pas ça ><

[katyaaaaaaaaa576]: Ils l'ont étudié ?

[someoneintheroom]: Non seulement ils l'ont étudié, mais ils ont également retrouvé des archives d'un ancien groupe qui vivait ici y a super longtemps, genre une centaine d'années avant le M.E.G.

[someoneintheroom]: Tu te rends compte ? Il y avait déjà des groupes aussi importants avant nous !

[katyaaaaaaaaa576]: Attends… l'infection là t'es en train de me dire qu'elle a commencé là-bas ?

[someoneintheroom]: On en est pas sûr, beaucoup de données sont corrompues. Comme ils savent qu'on a commencé une base de données sur les entités, ils nous ont envoyé leurs résultats d'étude ainsi que les documents importants pour tout comprendre

[katyaaaaaaaaa576]: Putain c'est dingue

[katyaaaaaaaaa576]: Tu peux me les envoyer ?

[someoneintheroom]: Bien sûr !

[someoneintheroom]: J'ai commencé à compiler toutes les infos, il faudrait que tu repasses pour ajouter des trucs ou corriger des erreurs. Moi, j'y comprends rien à tout ce jargon donc si tu peux expliquer les mots compliqués ça serait cool.

[katyaaaaaaaaa576]: Tu me sauves la vie mec

[katyaaaaaaaaa576]: Tu pourras me mettre en contact avec le groupe ?

[someoneintheroom]: Ouaip, ils sont ouverts à la collaboration

[someoneintheroom]: Bon le temps file et mon supérieur s'impatiente, je t'envoie ça et on en reparle ce soir à la cafeteria ?

[katyaaaaaaaaa576]: OK pour moi ! Encore merci pour tout ça va me permettre d'avancer DE FOU

someoneintheroom a partagé un fichier
>OUVRIR LE FICHIER< (49ko)

[FIN DE LA CONVERSATION ARCHIVÉE]


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License